Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE

de : J.J Claris samedi 31 janvier 2009 - 06h52 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Au regard du droit international, Mayotte n’est pas un Territoire français d’outre-mer, mais un territoire comorien illégalement occupé par une puissance étrangère. En expulsant chaque années de l’île des milliers de Comoriennes et Comoriens prétendument “ clandestins ”, la puissance coloniale se rend donc coupable de “ déplacement forcé de population ”, donc de crime contre l’humanité.

L’État français, soucieux de présenter un visage émancipateur, a utilisé, et continue d’utiliser les vocables et expressions “ décolonisation ”, “ droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ”. Dans la plupart des cas, cela ne mange pas de pain. La réalité est tout autre lorsqu’il s’agit de peuples et de territoires encore colonisés par la France.

Dans les années 1960, sous le règne du général de Gaulle, on avançait que les peuples d’Afrique s’étaient affranchis de la tutelle coloniale et avaient gagné leur indépendance. Pourtant, dans la plupart des cas – les guerres d’Algérie et d’Indochine constituant une exception –, les indépendances “ accordées ” ont été assorties d’accords dits de “ coopération ” économiques et militaires tout à l’avantage de l’ex-colonisateur. Donnant-donnant : Paris a commencé à soutenir des dictateurs fantoches, qui en retour ont accordé un droit de pillage des ressources naturelles de leur pays par des firmes françaises. Ainsi est née la Françafrique, théâtre de marionnettes à l’échelle d’un continent, dont les ficelles étaient tirées depuis l’Elysée, ou depuis la “ Rue Monsieur ”, dans le VIIe arrondissement de Paris, où siégeait le ministère de la Coopération, spécialement créé en 1959 par de Gaulle pour gérer les relations bilatérales avec les pays du “ champ ” [1].

Décolonisation ? Néocolonialisme ? En fonction des circonstances, le vêtement s’est avéré réversible.

La décolonisation de l’archipel des Comores, au large de Madagascar, s’est lui déroulé de façon très particulière. Avant de rendre son indépendance au pays, Paris l’a en effet amputé d’une partie de son territoire, Mayotte [2]. L’archipel est composé principalement de quatre îles : Grande-Comore, Anjouan, Mohéli et Maoré (en français Mayotte). Lorsque le 22 décembre 1974 un référendum sur l’indépendance est organisé, les Comoriens et Comoriennes votent Oui à 95 %. Le Non n’est majoritaire, de peu, qu’à Mayotte. Le gouvernement français de l’époque, malgré sa promesse de respecter le choix global de la population, en profite pour maintenir sa souveraineté sur cette seule île. Ce qui dès lors, au regard du droit international, devenait une “ occupation ”, que l’ONU condamnera plus de vingt fois.

Archipel amputé

Dès le 12 novembre 1975, la résolution 3385 affirmait la “ nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores ”. Le 6 février 1976, lors d’un nouveau débat sur la question, le vote est bloqué par Paris, unique cas dans l’histoire de cette organisation où la France a opposé seule son veto ! Il faut dire que deux jours plus tard, l’État français organisait sur l’île une “ consultation ” qui donnera cette fois… 99,4 % de Oui à l’occupation française ! Un résultat à faire pâlir d’envie tout régime despotique. Pour y parvenir, il aura fallu faire émerger la faune des petits potentats du Mouvement populaire mahorais (MPM), manipulés par l’Action française, des militants de l’ex-OAS et les gaullistes, user d’intimidation face à une population majoritairement illettrée, et déporter les indépendantistes vers les autres îles, entassé-e-s dans des boutres.

Toute cette mascarade sera à nouveau condamnée par l’ONU. Dans son ouvrage, Comores-Mayotte, une histoire néocoloniale, Pierre Caminade expose les motivations françaises : les matières premières comme la vanille et l’ylang-ylang, certes, mais surtout une présence militaire dans cette région – le canal du Mozambique – où passent deux tiers du pétrole exporté du Moyen-Orient. Le livre analyse le processus de “ dom-tomisation ”, puis ses conséquences, notamment la déstabilisation du reste des Comores, devenu chasse gardée d’une clique de mercenaires, Bob Denard en tête : vingt-cinq tentatives de coups d’État en 25 ans, Mayotte servant souvent de base arrière aux barbouzes agissant pour le compte de la République française, puis pour leur propre compte [3].

Le chaos comorien

Entre 1976 et 1994, pour ne pas aggraver la crise née de la partition, le colonisateur a maintenu la liberté de circulation entre les différentes îles. Les Comoriens et Comoriennes ont donc pu continuer à visiter leur famille de part et d’autre de la “ frontière ”, chercher du travail, commercer, etc. Mais en 1994, pour couper davantage Mayotte du reste de l’archipel, le gouvernement Balladur a inventé ce que Pierre Caminade appelle le “ visa scalpel ”, obligeant les Comoriens des autres îles à obtenir un visa pour venir à Mayotte.

La liberté de circulation entre les quatre îles se trouvait ainsi entravée et, surtout, la France plongeait du même coup dans la clandestinité toutes les Comoriennes et Comoriens non mahorais présents sur le sol de Mayotte. Devenus “ illégaux ”, ils et elles sont désormais à la merci du patronat mahorais qui peut les faire travailler au noir dans des conditions misérables. Une telle situation ne peut que créer des tensions entre la population de Mayotte et celle des trois autres îles, les Mahoraises et Mahorais étant désormais vus comme des profiteurs par les autres Comoriennes et Comoriens, eux-mêmes désormais considérés comme des “ immigrés ”. Une division qui profite évidemment aux autorités coloniales.

Des rafles gigantesques sont régulièrement organisées pour “ expulser ” les indésirables, dans des conditions de violence inouïe. Selon l’association Survie, “ les maisons de ces “clandestins” sont régulièrement incendiées avec la bénédiction de maires, du préfet et sous la protection de la gendarmerie. Les victimes sont entassées dans des centres de rétention en attendant leur déportation vers les autres îles ”. Ce faisant, Mayotte étant, au regard du droit international, un territoire des Comores illégalement occupé par une puissance étrangère, la France se rend coupable de “ déplacements forcés de populations ” qui sont “ un crime contre l’humanité, passible de la Cour pénale internationale (articles 7.1.d et 7.2.d des Statuts de Rome) pour ceux commis depuis son entrée en vigueur, en juillet 2002 ” [4]. Fort heureusement pour la France, la question de Mayotte n’a plus été inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’ONU depuis 1995. Malgré le danger, des milliers de Comoriennes et Comoriens tentent chaque année de franchir le bras de mer qui les sépare de Mayotte. Des centaines périssent noyé-e-s.

Mayotte aujourd’hui

Mayotte est une île pauvre de 201 234 habitantes et habitants, où le produit intérieur brut par habitant n’était que de 2 600 $ par habitant en 2003 (contre 27 800 $ en métropole). Étonnamment, pour une population qui a voté à plus de 99 % pour être “française”, trente ans plus tard l’illettrisme en français est toujours de 35 % pour les hommes et 40 % pour les femmes. Les gens préfèrent parler malgache ou mahorais, la langue du colonisateur étant plutôt rejetée.

En 1999, presque 30 % de la population n’avait pas l’eau courante, ou pas l’électricité ; 85% n’avait ni WC avec chasse d’eau, ni douche ni baignoire ; 65 % pas de réfrigérateur ; 92% pas de machine à laver. En 1999, 30 % des hommes et 70 % des femmes étaient au chômage (probablement davantage aujourd’hui), sachant que le RMI n’est pas appliqué à Mayotte. En effet, depuis 1976 la France a inventé pour Mayotte le statut de “ collectivité territoriale ”, laissant l’île très largement à l’écart du droit commun.

Ainsi les Mahorais et Mahoraises peuvent choisir entre le statut de droit commun, identique à la métropole (administrations, tribunaux, etc.), et un “statut personnel” dérogatoire au code civil et à la laïcité, et réservé aux musulmans. Pour ceux et celles relevant du “ statut personnel ”, la justice est rendue par des cadis, dans le cadre de la Charia. Les cadis sont des fonctionnaires religieux nommés et rémunérés par le préfet, Jean-Paul Kihl. Le droit de répudiation des femmes par leur mari, ainsi que la polygamie, ont néanmoins été interdits depuis la loi du 21 juillet 2003 de programme pour l’outre-mer.

La loi du 11 juillet 2001 prévoit en effet l’application progressive du droit commun, dans la perspective de l’évolution vers le statut de département d’outre-mer (DOM). Une évolution qui impliquerait la disparition du “ statut personnel ” et l’application du RMI. De loin, on peut y voir un progrès. Le problème est que cette évolution est “ subie ” par le peuple mahorais, comme une directive coloniale, et ne procède pas d’une authentique volonté populaire.

Quoi que prétendent nos dirigeants de tous bords, c’est une imposture de déclarer que Mayotte doit rester dans le giron d’une France qui foule aux pieds le droit le plus élémentaire de se retrouver et de vivre ensemble pour le peuple comorien. L’État français doit quitter Mayotte et laisser le peuple comorien libre de choisir son avenir. Ngoc (AL Paris-Sud)

[1] Le ministère de la Coopération a été fondu au sein du ministère des Affaires étrangères le 1er janvier 1999. Le gouvernement Jospin voulait par cet acte symbolique signifier que, désormais, les relations entre la France et ses ex-colonies ne seraient plus marquées du sceau de l’exception, mais répondraient aux règles de la diplomatie classique. Dans ce cadre, Brigitte Girardin est l’actuelle ministre déléguée à la Coopération et à la Francophonie.

[2] En fait l’archipel des Comores avait déjà lui-même été amputé de Madagascar par les Français en 1946.

[3] Pierre Caminade, Comores-Mayotte, une histoire néocoloniale, Agone, 2003, 192 pages, 11 euros.

[4] Survie, communiqué du 20 décembre 2005.

Publié le 12 mars 2007 par CAL Paris-S

Source : http://www.alternativelibertaire.or...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
31 janvier 2009 - 19h10 - Posté par mafiamamad@hotmail.com

ce ne sont pas des observateurs et des comoriens qui sont les mieux placé pour decider du sort de mayotte nous avons choisi notre appartenance a la france et vive la france vive mayotte le 101departement de la republique francaise alors arréter un peu



COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
31 janvier 2009 - 20h12 - Posté par Houmadi de Mstapere

Cher soeur tu as raison !

En 1841 Andriantsoli et le commandant Passot avaient organisé un referendum pour justifier la vente a la France et tous les mahorais avaient voté à 99 % "Oui".

Aussi pour le referendum de 1974, on aurait pu aussi considérer ces résultats village par village et quartier par quartier !

In fine, il faut relativiser sur le sens du slogan "le choix des Maorais". En effet, à moins d’être né aujourd’hui, tout le monde sait dans quelles conditions le reférendum du 22/12/1974 a été organisée à Mayotte.

En fait il n’y a jamais eu de "choix des Maorais" mais plutôt un choix de la France de rester à Mayotte après la proclamation de l’indépendance de l’Archipel des Comores composé de 4 îles. Soyons donc modestes et réalistes !

Si par des tripatouillages législatives, les résultats furent considérés île par île (du jamais vu !) et non globalement, c’est qu’il y avait une volonté manifeste de balkanisation de l’archipel.

Apres cela un lavage du cerveau, a ete opéré par les sbires de la France notamment par le chef des "serre la main", et l’ancien président du conseil général, en maniuplant l’histoire de l’archipel, avec la soi-disante conquête de l’Ile par Le malgache Andrianastoli chassé du pouvoir a Mahunjuga, dont Le sultant Abdallah a offert son hospitalité en tant que réfugié politique.

Depuis des lustres, Mayotte faisait parti du Sultanat d’Anjoouan, qu’on le veuille ou non c est la verité historique, et ne sont pas des historiens comoriens qui le disent, mais des cherheurs francais comme sophie blanchy, pierre caminade, verin, casimir et consorts, les preuves se trouvent également dans les archives du ministere de l’outre-mer francais a paris, aix en provence et fontainbleau.

L’indépendance a été proclamée le 6/07/1975 pour les 4 îles. Un Etat comorien de 4 îles fût admis aux Nations Unies en 1976. L’article 53 ne peut donc pas justifier le maintien de Mayotte sous administration française : C’est plutôt la logique du droit de la force contre la force du droit. Il n’y a pas d’autre explication.

Enfin peut-on imaginer que l’Allemagne occupant une partie de la France puisse ensuite consulter les Français et leur demander s’ils veulent être libres ou rester occupés ? La philosophie du colonisateur c’est d’occuper des pays et ensuite "octroyer" à ses habitants un "droit à l’auto-détermination" ou un "droit à disposer d’eux-même" ! Comme si le colonistateur avait demandé leurs avis avant de les coloniser !

Pourquoi le colonisateur ne s’octroirait pas un "devoir inaliénable de déguérpir des colonies" ?

Par conséquant si la France et leurs alliés ( leaders politiques et vous qui sont aliénes du colon ) sont sûres que la vente pour 10 000 euros actuels par Andrianostoli est légale et que les soi-disants référendums de 1974 et 1976 sont légaux, ils n’ont qu’a attaquer l’Etat Comorien au TPI dès lors la question de la revendication sera tranchée une bonne fois pour toute.

Ainsi, l’argumentaire basé uniquement sur la constitution française peut frôler le ridicule ou la malhonnêteté intellectuelle.
Moi en tant que maorais je reconnais pas ce choix dicté par la les autorites francaises et qu’il en deplaisent a certains qui ne veulent pas avoir d’opinion contraire a les leurs.


COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
7 février 2009 - 22h34 - Posté par je ne suis pas dup

je ne suis pas tres intelligent mais au moins j’entends quand je parle et je vois ce que j’ecris.
Et toi ?
juste une bande anonce apres tu peux chercher à le regarder si tuveux ouvri les yeux. ici


COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
2 février 2009 - 12h07 - Posté par Souk Khan

Toujours la position de victime et du mouton égorgé dans l’indifférence totale !

Bien que visiblement on refuse de reconnaître aux Mahorais la faculté de faire un choix, ces derniers ont jusqu’à maintenant défier le sens de l’Histoire en refusant de subir la volonté des Comoriens. Contrairement à la majorité de ces mêmes Comoriens qui se complaisent dans une position apathique de victime poussant des sanglots interminables, les Mahorais relèvent les défis et lancent des défis à qui voudraient contre-carrer leurs projets, qu’ils réussiront.

Un grand Africain contemporain a dit : " un tigre ne proclame pas sa trigritude, il bondit".
Alors les Mahorais ne se plaindront pas, jamais, ils ne perdront pas leur salive dans des longs discours abstraits, mais les Mahorais sont et seront dans l’action. Le 29 mars prochain, les Mahorais ont rendez-vous avec l’Histoire pour concrétiser un vieux rêve.

Après, quand tout sera ficellé, les doctes et sages personnes qui croient savoir mieux que les Mahorais ce qui est bon pour eux, pourront toujours nous gratifier des discours haineux et méprisant dont elles seules ont le secret. Bien sûr les Mahorais les écouterons par distraction et se marreront, comme c’est le cas depuis plus de 30 ans !






Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
2 commentaires
Un seul cri : Libérez le Professeur Fourtillan !
dimanche 18 - 17h32
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque : Fin de l’ENA et vive l’ISP : CQFD !
dimanche 18 - 17h15
de : joclaude
1 commentaire
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Crise du Covid-19, une aubaine pour "l’oligarchie mondialiste" ?
dimanche 18 - 16h19
de : joclaude
1 commentaire
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite