Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Forte réaction policière aux actions anti-OMC

de : bellaciao
lundi 28 juillet 2003 - 00h00 - Signaler aux modérateurs


Il est passé 9h00 lundi matin et la ville est devenue un grand terrain de chasse. Les policiers ont formellement reçu l’ordre d’arrêter, peu importe l’endroit au centre-ville, toute personne ayant l’air d’un manifestant et tout groupe de six personne ou plus. Ceci est requis pour identifier toutes les personnes qui étaient présentes aux barricades devant le Sheraton, celles-ci seront accusées d’attroupement illégal. L’hélicoptère vole au dessus du centre-ville et dirige les escouades mobiles afin de faciliter les choses. Aux dernières nouvelles, tout porte à croire que les gens qui se regroupent à la "zone verte", établie sur un terrain voisin à la Librairie Alternative sur St-Laurent, risquent l’arrestation. Les policiers sont en train de se déployer pour entourer les lieux, les manifestants sont prêts à s’enfermer dans l’édifice de la libraire s’il le faut.

Dès 6h30 ce matin, deux contigents de manifestants se sont regroupés au centre-ville, afin de marcher dans la ville et de perturber les activités de la rencontre mini- ministérielle de l’OMC, qui se tient à l’hôtel Sheraton sur René-Lévesque. Un premier groupe a pris la rue à partir du coin Guy/de Maisonneuve et a entrepris une marche serpentine. Ensuite, un deuxième groupe situé au square Phillips (Union/Ste-Catherine) a fait la même démarche, et les deux se sont même presque croisés à quelques occasions. Le second groupe s’est rendu assez rapidement, du côté est, aux abords du périmètre de sécurité, qui était protégé par une ligne de policiers anti-émeute de la SQ. Ces derniers ont aussitôt revêti casques et masques à gaz.

La marche du second groupe a ensuite repris après un pause assez calme dominés par chants, musique et cris. Ils ont contourné le périmètre par la nord, dans une marche assez serrée et rapide, protégée par l’arrière par diverses actions de blocage, poursuivi par des escouades anti-émeute du SPVM en mini-bus. Poubelles, boîtes aux lettres, pièces de barricades, etc. ont été répandues pour ralentir l’avancée des policiers.

Arrivés au côté ouest du périmètre de sécurité, ils ont érigé une important barricade pour protéger leurs arrières, à partir de matériaux "empruntés" à un chantier de construction voisin. Après un certain moment, les policiers ont utilisé un camion haut- parleur pour déclarer que la manifestation était dorénavant devenue un attroupement illégal. Dès lors les choses se sont corsées. Très rapidement, des lignes de policiers anti-émeute se sont dressées de toute parts, provoquant un mouvement rapide de la foule vers une ruelle qui était restée ouverte. La manifestation est devenue plus aggressive par la suite, la foule cherchant à éviter les lignes policières tout en fracassant des vitrines ciblées en route.

Il y eut un appel à la dispersion lancé autour de 9h00, les manifestants se sont alors éparpillés dans la ville, mais les policiers n’ont pas voulu s’en tenir à ça, et la chasse aux manifestants fut ouverte. Partout dans la ville, des lignes anti-émeutes mobiles et rapides ont tenté de canaliser les protestataires et de nombreuses arrestations se sont produites partout dans la ville, sur la rue et dans le métro.

Nous savons, entre autres, que Jaggi Singh fut arrêté sur la rue Sainte-Catherine, alors qu’il ne faisait rien et qu’il n’était sur les lieux d’une manifestation en particulier. Il est apparemment accusé d’attroupement illégal.



Pendant l’écriture de cet article, il est 10h09, les policiers sont en train d’attaquer la zone verte. À 10h35, après avoir entouré tout le monde, il ont lancé un appel par mégaphone annonçant que tous les gens présents sont sous arrestation, accusés de participation à une émeute. Sur la radio Rock-the-WTO on entend que ça brasse, l’anti-émeute s’attaque à la zone verte.

Marie-Ève Tremblay nous écrit son récit des événements au moment de la dispersion des manifestants :

« Après une dispersion abrupte de la manifestation, une bonne majorité des gens désirant continuer à exprimer leur désaccord aux positions de l’OMC se sont rendu au point de rendez-vous au 2035 St-Laurent. Chacun est arrivé par ses propres moyens puisque le départ de plusieurs fut bloqué par des policiers dans les entrées de métro les plus proches. L’endroit, ni un parc, ni un stationnement, simplement un parterre de gravelle ; les gens, peu nombreux, assis dans un silence troublé par les murmures et les rumeurs des arrestations.

C’est alors de chaque bout de la rue s’est dressé une ligne de policiers (environ une trentaine de chaque côté), avançant d’un pas rapide, avec une intention certaine d’intimider les gens présent. La plupart des gens ont prit la fuite se dispersant dans tous les sens. Plusieurs ont emprunté un stationnement qui donnait sur une rue voisine. Une fois passé la région encerclée par les autorités, de petits groupes de personnes se sont formés pour attendre la suite des événements. »

Cette suite, les manifestants comprendront assez vite qu’ils demeurent pourchassés.

Sourse : Quebec indymedia
28.07.2003
Collectif Bellaciao
Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite