Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Nouvelle Calédonie : la démocratie en marche ?

de : solidarite kanaky
jeudi 20 août 2009 - 11h43 - Signaler aux modérateurs

Communiqué du Collectif pour la défense des droits et libertés et pour la libération des syndicalistes emprisonnés

Une fois de plus, on innove en Nouvelle Calédonie en repoussant toujours un peu plus les limites de l’absurdité !!

Il fallait une manifestation forte, pour rassurer Paris, et pour ça on a mis les petits plats dans les grands : On paye maintenant les gens pour aller manifester !!

25.000 personnes dans la rue, pour tenter d’étouffer les justes revendications exprimées par le collectif mis en place pour la libération du Président de l’USTKE et de ses camarades et le respect des droits syndicaux fondamentaux dans le cadre d’une manifestation qui se prétendait « pacifique » ?

Une action « spontanée » organisée par le gouvernement avec la complicité des patrons ?

Le calcul est vite fait, c’est près d’un milliard de francs en termes de salaire qui a été offert aux participants pour stimuler leur envie de manifester.

A ce compte là, on en connaît beaucoup qui seraient volontaires pour manifester tous les jours, quels qu’en soient les motifs. On pourrait presque s’étonner que seulement 25.000 personnes se soient déplacées à ce prix là ! (Chiffres officiels évidemment invérifiables)

Qu’elle est l’étape suivante ? Va-t-on maintenant également payer les électeurs pour voter dans un sens ou dans un autre lors des prochaines consultations ?

Quand on sait qu’en plus, une bonne partie des manifestants venaient du secteur public, le contribuable est-il aujourd’hui devenu la vache à lait des politiques ?

Les patrons, qui passent une bonne partie de leur temps à larmoyer devant la situation de l’économie locale, n’ont pas pour autant hésité « à libérer et à inciter leur salariés à aller manifester, sans retenue salariale ».

Tout ceci est une caricature de démocratie !!!

En tout état de cause, le manque à gagner pour l’économie est sans nul doute très largement supérieur au coût des compensations négociées et acceptées par l’USTKE pour mettre fin au conflit d’Aircal !!

Et qu’a-t-on voulu démontrer, à quoi tout ça a-t-il servi ?

Qu’en « payant les gens », on peut ainsi faire reculer leurs droits fondamentaux ?
Que tout s’achète dans cette économie marchande, y compris la liberté de s’exprimer ou de penser ou de manifester ?

En attendant, les responsables réels de la situation d’Aircal sévissent toujours :
Le trou gigantesque qu’ils ont creusé, par des décisions stupides et incompétentes dans les finances de la société, a amené la compagnie au bord du gouffre, et personne au niveau du Gouvernement et des institutionnels, pourtant actionnaires largement majoritaires, ne fait quoique ce soit !!

C’est sans doute au minimum un autre milliard qui sera a nouveau prélevé dans la poche des contribuables pour financer la survie de la compagnie.

Que doit-on donc en conclure ?
Que le pouvoir actuel est clairement liberticide !!

Que pour répondre à une manifestation dont l’objectif était de défendre les droits fondamentaux de tous les travailleurs, la seule réponse à été le bruit des bottes et des grenades lacrymogènes et autre arsenal répressif !

Prenons garde ! Tous les droits des travailleurs ont été acquis grâce à et au prix des luttes syndicales de nos anciens !

Ne vous trompez pas d’ennemis, car demain, ce sont les enfants de notre pays qui seront lourdement pénalisés.

Souvenons nous, pour conclure, quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage !

Ne nous laissons pas abuser par ces manœuvres d’intimidation stériles !

Dans tous les cas, le collectif entend confirmer sa volonté de voir les droits syndicaux respectés, et la justice du pays restaurée. Nous demandons donc la libération immédiate des militants de l’USTKE, injustement emprisonnés, et que des sanctions lourdes soient prises contre la Direction d’Aircal qui, en refusant tout dialogue social, et en plaçant la compagnie dans une situation très critique, est en réalité la véritable et unique responsable de la situation actuelle.

MOBILISATION LE 22 AOÛT A NOUMEA POUR NOS DROITS ET LIBERTES

COLLECTIF POUR LA DEFENSE DES DROITS ET LIBERTES ET POUR LA LIBERATION DES SYNDICALISTES EMPRISONNES - USTKE - SLUA- UC- PT- UCR - RHEBUU NUU - SEUK (étudiants) – AJQ (jeunes des quartiers)

http://solidaritekanaky.org/


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite