Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Du LKP a l’USTKE, de la Martinique à la Polynesie... REVOLTES ULTRAMARINES ET CYCLONE SOCIAL

de : ELLE
jeudi 27 août 2009 - 11h12 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de FRédéric Gircour

1. L´emprisonnement de Gérard Jodar (1)

Les mois de juillet et août ont été très chaud en Nouvelle-Calédonie. Tout est parti d´une banale histoire de licenciement qui pourrait presque prêter à sourire : une employée de la compagnie aérienne Aircal découvrant que son père avait voyagé avec sa maîtresse sur un vol Aircal, en a fait part a sa mère, violant le secret professionnel auquel elle était tenue. Le syndicat auquel la jeune femme renvoyée est affiliée a alors demandé sa réintegration, mais le directeur s´est catégoriquement opposé à toute négociation.

Face à ce refus de dialoguer, le syndicat en question, l´USTKE a déclenché une grève qui n´a pas obtenu plus de resultats. Il a alors choisi d´occuper pacifiquement l´aéroport de Noumea pour dénoncer l´absence de dialogue social et l´enlisement du conflit. La reponse des autorités à cette action a été la répression violente. Face a la la brutalité des forces dites de l´ordre, une poignée de manifestants a reussi à se réfugier dans un avion qui était ouvert, pour echapper aux coups. C´est ce reflexe qui a conduit la cour d´appel de Noumea à condamner lourdement sept syndicalistes, dont le president de l´USTKE, Gérard Jodar. Ce dernier a ecoppé d´un an de prison ferme pour “entrave a la circulation d´un aeronef” !

JPEG - 18.9 ko

Gérard Jodar, ah mais non, pardon, ça s´est Alex Lollia, figure du LKP (ou plutôt opposant au LKP ? On s´y perd) Toujours est-il que le T-shirt ne fait pas le moine !

2. Faire taire l´USTKE

La lourdeur de la peine au regard de la futilité de l´infraction ne peut que prêter à conjectures et nombreux sont ceux qui considèrent Jodar comme un prisonnier politique, incarcéré plus pour l´expression de ses idées que pour un acte, finalement d´une portée dérisoire et non prémédité. L´USTKE par la voie d´un communiqué de presse publié sur son site le 18 août, s´insurge contre la criminalisation du mouvement syndical par “l´Etat sarkozien” et dénonce “une stratégie de l´Etat relayée dans ses positionnements par la fraction ultra-libérale du patronat calédonien et d´une manière generale de la droite locale pour qui l´USTKE et sa branche politique, le Parti Travailliste, sont devenues une menace persistante, susceptible de contrarier leurs projets d´enrichissements colossaux, au détriment d´un développement économique durable.”

JPEG - 12.4 ko

Ah voilà le vrai Gérard Jodar, président de l´USTKE. Et mais attendez, il est blanc ?! Ben mince alors, ça va pas faciliter la propagande gouvernementale pour présenter à l´opinion publique son syndicat indépendantiste comme un mouvement raciste... Ça c´est pas gentil, ça va obliger Frédéric Lefebvre, porte-parole du gouvernement à se creuser les méninges pour le discréditer et le trainer dans la boue autrement. Ne riez pas, ce n´est pas simple quand on n´a pas l´habitude de réfléchir. (source :Marc Le Chelard pour Liberation)

3. Solidarité

L´USTKE qui se revendique independantiste et altermondialiste a reçu notamment le soutien appuyé de José Bové qui entretient avec ce syndicat une relation étroite depuis de nombreuses années, du NPA, du LKP bien sûr, mais aussi de la CGT nationale qui considère, dans un communiqué de presse datant également du 18 août, que “ces condamnations sont injustifiables. Elles sont un déni de démocratie, un abus de pouvoir doublé de mepris à relent colonialiste. Elles s´inscrivent dans le contexte néocolonial qui est celui de ce territoire où le MEDEF local et les représentants de l´Etat français agissent de connivence pour tenter de réprimer le premier syndicat de l´archipel.” Le communiqué se poursuit en ces termes : “La CGT met solennellement en garde le gouvernement : en favorisant la répression, les autorités françaises prennent la responsabilité de créer les conditions d´une nouvelle période de troubles sur ce territoire. Au contraire, tout doit être mis en oeuvre pour rétablir les libertés syndicales sur l´île et favoriser le dialogue nécessaire entre toutes les composantes de la société civile.”

4. A feu et à sang

En réponse à l´arrestation de son leader, l´USTKE a appelé à la grève générale. Commencée le 27 juillet, celle-ci a degeneré quand la police a tenté de déloger par la violence les barrages erigés par les manifestants. Ceux-ci ont tenté de resister et s´en sont suivis des affrontements très durs. Les jeunes kanaks defavorisés, jusqu´à ce stade étrangers au conflit social, ont alors laissé exploser leur colère et pendant plusieurs jours, des émeutes ont secoué l´archipel : voitures brûlées, magasins pillés, etc. La police a essuyé des coups de feu et une trentaine de gendarmes a été blessée la plupart par divers projectiles (contre cinq blessés côté manifestants selon les chiffres officiels). Le calme est revenu momentanément aux alentours du 6 août, quand un protocole d´accord a enfin été trouvé avec Aircal, incluant le payement des jours de grève. Néanmoins, Gerard Jodar et ses compagnons demeurent derrière les barreaux.

5. LKP et USTKE dans la ligne de mire du gouvernement

Les similitudes avec ce qui s´est passé en Guadeloupe au cours des 44 jours de grève générale sont frappantes même si l´ampleur du mouvement initié par le LKP est sans commune mesure avec les événemets d´août en Kanaky : le pourrissement d´un conflit social avec un refus de dialogue de la part du patronat, une collusion entre les intérêts de l´Etat et des grands patrons, une répression violente des syndicalistes pacifistes et desarmés quand le conflit social deborde sur l´espace public, l´embrasement d´une jeunesse marginalisée, sans avenir qui repond à la violence institutionnelle par une violence desordonnée et incontrôlée, la criminalisation de l´action syndicale. C´est pas à pas le schema qu´a suivi la Guadeloupe en février et cela démontre de facon inquiétante que le gouvernement n´a retenu aucune leçon de ce qui s´est passé aux Antilles et est toujours aussi disposé à jouer avec le feu. Au lieu d´accompagner les demandes sociales et de tenter d´y apporter des réponses, le gouvernement de Nicolas Sarkozy, comme à son habitude, fait le choix du tout repressif (on en a encore eu l´illustration à Montreuil où un jeune homme a perdu un oeil suite à des violences policières injustifiées et injustifiables : http://www.rue89.com/2009/07/12/a-m... ).

6. L´oeil du cyclone et les périphéries

Malgré des coups d´éclats sporadiques, la France metropolitaine, tel l´oeil du cyclone, est jusqu´a présent demeurée relativement calme en dépit des milliers de licenciements quotidiens et des mesures qui visent a faire payer aux déjà victimes de la crise, ses conséquences (selon le principe desormais bien connu de la privatisation des profits mais de la mutualisation des pertes). Après les banlieues, ce sont les péripheries ultra-marines qui se rebellent les unes après les autres et pourraient bien finir par contagier un hexagone jusqu´à présent muselé par des directions syndicales bien serviles vis-à-vis du gouvernement. Après l´embrasement de la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie Francaise vient d´entrer en grève générale le 17 août pour demander l´arrêt des licenciements économiques et pour exiger des mesures contre la vie chère. En Martinique, la grande majorité des stations services sont à nouveau en grève pour exiger le respect des promesses faites par l´Etat et les patrons en guise d´accord de fin de conflit début mars. Si cette action, tel un coup de semonce, a des chances de paralyser l´île soeur, reprendre le mouvement en ordre dispersé, sans les autres composantes du Collectif du 5 février est certainement une erreur que le gouvernement ne manquera pas d´exploiter. Plus que jamais, l´union de tous les secteurs progressistes de la société est seule à même de déjouer les sombres desseins de l´appareil répressif et capable de faire triompher les légitimes revendications qui ont vu le jour ici et là.

7. Rentrée sociale en Guadeloupe

Maintenant, reste à connaitre quelle sera la suite que les Guadeloupéens donneront en septembre à leur mouvement. Peuvent-ils décemment courber l’échine, baisser les bras en plein combat alors que rien n’est résolu, que les promesses qui ont justifié la suspension (et non la fin) de la grève générale ont été bafouées. La victoire est à portée de main à condition de rester unis et déterminés. Il me parait difficile que l’on puisse continuer à fonctionner comme si les 44 jours de fierté et de dignité retrouvées n’avait pas existés. En tout cas, l’auteur de Chien Créole, qui n’a toujours pas été muté de force à Roubaix, est prêt à écrire cette nouvelle page d’histoire de la Guadeloupe sur son site et vous donne rendez-vous en septembre pour la rentrée sociale.

FRédéric Gircour (chien.creole@gmail.com)

(1) Gerard Jodar se presente lui meme comme "un militant qui se bat pour plus de justice sociale, pour une juste et effective répartition des richesses, pour le rééquilibrage en faveur du peuple kanak, pour la construction d’un pays multiculturel dans le cadre d’une communauté de destin" (source : [6>http://www.liberation.fr/politiques...])

http://chien-creole.blogspot.com/20...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Du LKP a l’USTKE, de la Martinique à la Polynesie... REVOLTES ULTRAMARINES ET CYCLONE SOCIAL
31 août 2009 - 14h09 - Posté par Guy Guioubly

Guy Guioubly : Tout est dans tout. Allez-donc voir ceci :

http://www.grioo.com/ar,avis_de_tem...

Avis de tempête sur les Antilles : un masque est tombé.

... A suivre ce fil comme, je crois, il convient de dire, on désespérerait de voir un jour les choses s’apaiser dans les D.O.M. et maintenant dans les T.O.M. puisqu’après la Nouvelle Calédonie avec tirs aux fusils sur des gendarmes la semaine dernière, on a appris que la Polynésie est depuis hier en pleine mobilisation pour ne pas dire ébullition.

Au sujet de la Nouvelle Calédonie, qu’il me soit permis de faire remarquer ce qui me semble-il, est passé superbement inaperçu. Il s’agit de la présence en Guadeloupe aux cotés de NICOLAS SARKOZY, de BERNARD PONS, Ministre des DOM-TOM, du gouvernement CHIRAC qui le 05 mai 1988, a ordonné l’assaut de la grotte d’Ouvéa. Il faut se souvenir de cet événement là, mais également de la mort tragique de l’indépendantiste Eloi MACHORO. (L’affaire de la grotte d’Ouvea vraiment du passé ?).
Certes, DOMOTA n’est pas MACHORO, mais quelles divergences les séparent-ils vraiment au fond ? Comment interpréter cette présence qui est dévoilée furtivement au hasard d’un reportage télévisé ? Etait-ce un message quasi subliminal à l’endroit de Mr DOMOTA et des Guadeloupéens dans leur ensemble ? S’agissait-il d’un avertissement que certains n’auraient pas manqué d’interpréter, pour le coup, comme une sérieuse menace ? Ce non événement qui, à mon sens, n’en n’est pas un en réalité, mériterait malgré tout une fine analyse qui dépasserait le cadre de ma présente contribution...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite