Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Les mouvements sociaux doivent s’approprier le processus du Forum Social Mondial


de : Abdulaye Sene syndicaliste senegalais
samedi 12 décembre 2009 - 18h38 - Signaler aux modérateurs

Les mouvements sociaux doivent s’approprier le processus du Forum Social Mondial

par Abdulaye Sene

Interview d’Abdulaye Sene par Olivier Bonfond - Dakar Novembre 2009

8 décembre 2009

Peux-tu nous dire quelques mots sur le syndicat UNSAS et nous expliquer comment celui-ci est devenu membre du réseau CADTM international ?

L’adhésion aux idées et aux actions du CADTM International est fondamentalement liée à la nature de l’UNSAS et à sa perception du syndicalisme.

L’UNSAS ne se limite pas à une défense corporatiste de ses affiliés et place les questions de développement et les luttes des populations dans une perspective très large.

Il s’agit de défendre les intérêts de tous les citoyens et toutes les citoyennes sénégalaises, d’Afrique et du monde.

C’est vrai que ses actions concrètes visent le plus souvent directement des travailleurs, mais nous considérons qu’il est très important de faire des connexions avec les luttes de tous les peuples opprimés.

Dans ce cadre, l’UNSAS a lutté activement contre les politiques d’ajustement structurel (libéralisation, privatisation, austérité budgétaire), et donc également contre la dette qui a été et reste l’arme principale utilisée par les puissances du Nord pour maintenir leur domination sur les peuples et les ressources du Sud.

Comment analyses-tu les effets de la crise capitaliste internationale sur le continent africain ?

La particularité de la crise en Afrique par rapport aux pays industrialisés, c’est que celle-ci n’est pas nouvelle.

Les africains connaissent et vivent au quotidien une crise structurelle depuis de longues années.

Mais ce qui est sûr, c’est que cette crise financière, économique et écologique va avoir des impacts importants sur les conditions de vie des africains.

Pour le dire simplement, beaucoup d’africains étaient déjà au « fond du trou » et cette crise va les pousser encore « plus vers au fond ».

Je peux donner trois exemples pour illustrer cela.

Premier exemple : la question des migrants.

C’est une donnée connue par de plus en plus de gens, mais il est bon de rappeler que le montant des envois des migrants africains vers leurs familles restées sur place est, depuis de nombreuses années, largement supérieur au montant de l’Aide Publique au Développement (APD) ou aux Investissements Directs Etrangers (IDE).

Une étude réalisée par la DPEE(direction des prévisions et des études économiques) de 2008 révèle que les envois officiels des migrants en 2007 au Sénégal tournent autour de 460 milliards de francs compte non tenu des circuits non officiels qui seraient supérieurs de 40 à 50% plus importants.

C’est dire donc ces envois constituent le triple des IDE. Si le nombre d’institutions privées telles que Western Union ou Money Gram (plus de 500 dans l’étude précitée) a augmenté si fortement ces dernières années, ce n’est pas pour rien : les montants concernés sont significatifs et représentent une affaire juteuse.

Avec la crise et la perte de revenus pour des millions de migrants dans le monde, les familles africaines qui dépendaient de ces envois vont être directement touchées.

Deuxième exemple : les investissements étrangers prévus dans certaines zones sont reportés ou annulés.

Par exemple, dans la zone de Tambacounda, à l’est du Sénégal, Arcelor Mittal envisageait de faire des investissements de plusieurs milliards de CFA (le chiffre de 1000 milliards était avancé ) pour exploiter le fer.

Dans cette région difficilement cultivable en raison de son sol très argileux, les populations attendaient avec espoir la venue de ce projet. Avec la crise, on parle moins de ce projet, pour ne pas dire qu’on en parle plus. Evidemment, ce n’est pas parce qu’Arcelor Mittal serait venu s’installer que cela aurait positif pour les populations.

La question fondamentale à se poser est de savoir si les aspects écologiques et sociaux avaient été pris en compte dans le cadre des négociations entre les autorités sénégalaises et l’entreprise.

Troisième exemple : les travailleurs, les paysans qui interviennent dans les secteurs directement liés à la conjoncture internationale.

Avec la baisse des cours mondiaux de toute une série de matières premières, certains producteurs se retrouvent dans une situation où leurs revenus ne suffisent plus pour vivre de façon digne, et se voient souvent dans l’obligation d’abandonner leurs activités.

C’est le cas des producteurs de coton et des paysans qui s’adonnent à la culture de l’arachide. Les prix de vente des producteurs chutent, ce qui à terme les amène à se reconvertir à autre chose.

Cela est fondamentalement lié au caractère extraverti des économies africaines qui sont essentiellement tournée vers l’exportation. Dans ce genre d’économie, imposé par la mondialisation néolibérale, une variation de la conjoncture touche directement les conditions de vie des travailleurs.

Si on transformait et consommait sur place le coton produit, la situation serait différente. En résumé, la crise va provoquer trois effets majeurs : certaines personnes reçoivent moins de l’étranger, certaines perdent la possibilité de trouver un travail, aussi « mauvais » soit-il, tandis que d’autres perdent tout simplement leur travail.

Où en est le mouvement syndical et les luttes en cours au Sénégal ?

Le mouvement syndical sénégalais est faible pour plusieurs raisons. Tout d’abord il est caractérisé par une grande fragmentation : le Sénégal compte 18 centrales syndicales, dont 5 sont réellement significatives.

Ensuite, il ne faut pas perdre de vue que 80% des emplois se retrouvent dans le secteur informel. Enfin une bonne partie des syndicats, financés à hauteur de plusieurs millions par l’Etat, ne sont pas indépendants du gouvernement et jouent un rôle d’amortisseur social plutôt que de moteur dans la transformation sociale.

Cependant, malgré cette faiblesse et cette fragmentation, il y a tout de même des luttes importantes. A plusieurs reprises, les travailleurs ont réussi à se mettre ensemble et à imposer des conquêtes partielles, comme par exemple le relèvement du salaire de 4% à 8% dans le secteur privé.

Signalons également que les syndicats du secteur enseignant sont sans doute les plus dynamiques. Dans ce secteur, les gens arrivent mieux à se mettre ensemble et à se battre. Cette unité ponctuelle a mené à des avancées concrètes.

En effet les corps précaires, volontaires vacataires contractuels dans ce secteur, nés des conditionnalités des PAS (fin 80-90) ont su par des luttes doubler les salaires et négocier les modalités de leur insertion dans le secteur public (50000 à 120000 pour les volontaires).

Cependant, trop souvent, ces luttes restent des luttes corporatistes qui ne prennent en compte que des aspects limités des problèmes à résoudre, comme par exemple l’augmentation des salaires.

Alors que dans les années 1980, les syndicats posaient clairement la question des orientations globales à prendre, ce n’est plus le cas actuellement.

Dans le secteur de l’énergie que je connais bien, où des luttes importantes contre la privatisation ont eu lieu dans les années 1990 et 2000, les travailleurs disent maintenant que cela ne vaut plus la peine de se battre sur des revendications globales, parce que les autres ne le feront pas.

L’objectif doit alors se limiter à négocier des petites choses, aussi provisoires et minimes soient-elles.

Tu viens de participer récemment à un séminaire international de préparation du FSM 2011 qui, après Bamako en 2006 et Nairobi en 2007, se tiendra à Dakar. Qu’a tu pensé de ce séminaire ? Comment vois-tu le processus FSM et le fait que le prochain se tiendra dans ton pays ?

Après ce séminaire, je dirais que les choses sont plutôt positives mais qu’il faut rester vigilant. Ce séminaire a clarifié certaines choses.

Le fait de refuser le sponsoring des grandes multinationales, l’ouverture du processus à l’ensemble des acteurs et la nécessité de créer un ancrage populaire vont dans le sens d’une rupture par rapport au FSM de Nairobi.

Cependant il y a des problèmes importants qui n’ont pas encore suffisamment avancé comme, par exemple, les questions de méthodologie.

Le séminaire n’a pas permis de dépasser l’étape du CI de Montréal d’octobre 2009. Il aurait fallu partir des pistes énoncées à la rencontre du CI pour avancer concrètement sur une orientation méthodologique qui s’appuie sur l’histoire réelle du FSM mais aussi se bonifie du contexte et des perspectives stratégiques qui se posent aujourd’hui.

Ce moment aurait certainement dû consacrer plus de temps pour débattre et définir les grands axes du prochain FSM (contenu, espaces, transversalité,…).

Personnellement, je pense qu’il est tout à fait possible, avec de la vigilance et une implication de l’ensemble des mouvements sociaux d’éviter les erreurs commises à Nairobi. Mais attention, ce n’est pas parce qu’on ne re-commet pas les erreurs de Nairobi que ce forum sera automatiquement une réussite.

Pour que ce forum soit une réussite, il faudra que l’ensemble des acteurs sociaux sénégalais et africains s’approprient le processus. Le grand défi sera de faire en sorte que ce soit réellement un forum populaire qui rencontre les processus des luttes réelles en cours.

Il faut que le FSM ait un impact sur les mouvements sociaux et sur les luttes, bien au-delà du processus FSM. 

Pour cela, il va falloir s’assurer qu’il y ait une réelle participation populaire, à savoir des mouvements sociaux qui non seulement sont présents, mais sont aussi acteurs du processus et sont entendus.

Et cela, on ne peut pas le demander juste à quelques organisateurs. Tous les membres participant au processus devront travailler à ce que les gens à la base s’approprient le processus.

On ne pourra pas tout régler, certaines décisions seront effectivement prises par un comité restreint de personnes. A ce niveau, le minimum à exiger est d’avoir la plus grande transparence possible, notamment au niveau financier et au niveau des prises de décisions.

Par ailleurs, durant ce séminaire, on a souvent mis l’accent sur l’importance de l’analyse et des connections Sud-Sud. Je suis en partie d’accord.

C’est vrai qu’une série de « problèmes » se posent de manière beaucoup plus urgente dans le Sud. C’est vrai aussi qu’il faut créer des résistances à différents niveaux, local, régional, sous-régional, continental et international.

Mais ce qui est fondamental c’est de créer des articulations entre toutes ces différentes luttes.

A ce niveau, le renforcement des liens de solidarité Sud-Nord ou encore Nord-Nord est tout aussi important que le renforcement des liens Sud-Sud.

Il ne faut pas oublier que la logique du capitalisme n’a pas de frontière. Elle sévit partout et est globalisée.

Il faut donc lutter contre cette logique sur tous les endroits de la planète et de manière unifiée. Et cela actualise en notre sens, ce slogan « Prolétaires de tous les pays unissez vous », du manifeste du Parti Communiste de 1848.

Ce dont il est question, c’est comment construire l’unité de tous les opprimés et de leurs luttes.

Cela excède les espaces géographiques et reste la seule perspective capable de créer les conditions d’une transformation radicale du modèle capitaliste néolibéral.

infos article

URL : http://www.cadtm.org

Abdulaye SENE est dirigeant syndical dans le secteur de l’énergie au Sénégal et responsable du Département R&D à l’UNSAS (Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal, organisation membre du réseau CADTM International), répond à quelques questions sur la crise, le mouvement syndical et le processus altermondialiste.

http://www.cadtm.org/Les-mouvements...



Imprimer cet article





Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
lundi 22 - 18h15
de : Roberto Ferrario
Communiqué CGT : une loi scélérate pour les travailleurs !
lundi 22 - 16h42
de : joclaude
1 commentaire
demandons votre vigilance quant à la véracité de vos sources avant de publier vos articles : la communauté tamoule de Fr
lundi 22 - 13h11
de : TGTE media France
Petite fête du livre de Noir et Rouge
lundi 22 - 12h38
de : Frank
Jérôme Rodrigues Gilet Jaune :la réalité d’une police politique et non de Droit !
dimanche 21 - 17h05
de : joclaude
Covid-19 : Cuba en alerte suite à l’augmentation soutenue des infections 21 Février 2021
dimanche 21 - 15h39
de : nazairien
1 commentaire
En hommage aux héros de l’Affiche Rouge
dimanche 21 - 08h58
de : UJFP
2 commentaires
Interpellation de Jérôme Rodrigues - video
samedi 20 - 15h37
de : joclaude
1 commentaire
Pas de licenciement à la Maison pour tous de Pen-ar-Créac’h (Brest)
vendredi 19 - 13h56
de : azard
Stop à la Désinformation des Médias sur les Tamouls de France
vendredi 19 - 13h16
de : Bharathi CCFT
2 commentaires
C’est beau l’Europe ! Après la France, l’Espagne aussi !
vendredi 19 - 11h52
de : joclaude
1 commentaire
Vaccins : effets secondaires détectés !
jeudi 18 - 17h17
de : joclaude
Jérôme Rodrigues, Gilet Jaune s’exprime, ENFIN !
jeudi 18 - 16h28
de : joclaude
La dissolution de Génération Identitaire fait débat chez les opposants à l’extrême droite
jeudi 18 - 14h41
Urgent ! Appel à l’aide et communiqué des retenus du CRA de Oissel à Rouen
jeudi 18 - 02h11
de : sôs Soutien ô Sans papiers
1 commentaire
Au sujet de la honte
mercredi 17 - 22h35
de : Jean-Yves Peillard pour Survie
L’IRAN aidera le VENEZUELA dans les dérivés du pétrole !
mercredi 17 - 17h59
de : joclaude
1 commentaire
Le séparatisme ? La Fracture sociale, voilà la question !
mercredi 17 - 17h28
de : joclaude
Madama : près de 800 manifestants pour qu’il reste au Puy-en-Velay
mercredi 17 - 17h12
Le virus et son variant, C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 17 - 16h09
de : Hdm
Concessions d’autoroutes : l’ART veut rendre le débat audible
mardi 16 - 15h51
de : Michel

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite