Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

En Martinique 73 …74 … Et après ?

de : Nemo3637 dimanche 3 janvier 2010 - 23h05 - Signaler aux modérateurs

La politique de Sarkozy.

La stratégie du Président Sarkozy de proposer un référendum concernant les institutions, après le relatif échec de la réunion d »Etats Généraux », si elle a remis en selle – et en scène ! – les « politiques » absents du mouvement social de février-mars, aura semé parfois un certain trouble. On pourrait déjà dire que le seul fait que cette échéance électorale soit souvent l’unique sujet de discussion est déjà une réussite… pour Sarkozy. Mais qu’en est-il vraiment ? Beaucoup s’accordent à dire que même l’article 74, s’il était voté, ne représenterait qu’une avancée en trompe-l’œil puisqu’au final il faudrait toujours l’aval de l’Assemblée Nationale française. Mais certains nous disent aussi qu’une non-participation à cette mascarade reviendrait à se couper des masses, des éléments combattifs qui aujourd’hui veulent voter pour le 74. Cela reviendrait à se séparer d’une gauche nationaliste avec laquelle peu ou prou, au gré de certains évènements, on a pu se retrouver . La consultation référendaire, opportunité plus que contrainte pour Sarkozy, lui a permis une parade sans frais pour faire oublier la contestation sociale. Pendant tout le mouvement social dans les Antilles, pouvoir et médias n’auront de cesse d’invoquer les institutions afin de susciter la crainte (« si vous n’êtes pas contents… »). Cette consultation aurait posé moins de « cas de conscience », si elle avait été présentée « à plat », c’est-à-dire si elle avait été organisée sans qu’auparavant le peuple martiniquais se soit soulevé à travers le plus grand mouvement social de son histoire. Mais bien sûr, ledit référendum, organisé par le pouvoir, a été présenté quand cela semblait le plus avantageux pour lui. Ne convient-il pas de se détacher d’une certaine hypnose relatif à cette échéance électorale pour faire des propositions au de là du 10 janvier ?

Qui « se coupe des masses » ?

Sans mouvement social le choix référendaire aurait été plus serein. Et on aurait pu tranquillement, se dire, sans être totalement dupe, qu’un petit avantage dans un desdits articles aurait été bon à prendre de toutes façons. Mais aujourd’hui un spectre rôde : la récente révolte de février-mars. Et dans cette perspective, le choix sarkozyste apparait dans toute sa mesquinerie. Il se montre bien comme une insulte un os à ronger lancé à ceux que finalement on méprise et qu’on pense facilement duper. Car que veut dire se couper des masses à l’heure actuelle ? Où sont-elles et où vont-elles aller, les masses ? Les « plus combattifs » voteraient pour le 74. Et les abstentionnistes ? Parmi eux il n’y aurait pas d’ « éléments combattifs » ? Sans aller jusqu’à dire que la majorité des abstentionnistes en soient, ils sembleraient néanmoins que les plus lucides, les plus combattifs justement se retrouvent dans leurs rangs. Ceux qui vont encore une fois se couper des masses ce sont qui font de la politique comme autrefois, comme si février-mars n’avait jamais existé. De là même façon qu’ils ont été alors « largués » par le mouvement social, à sa remorque, ou opposé, le référendum, par l’abstentionnisme et le peu de résultats prévisibles, va les laisser, une fois encore, un peu plus décrédibilisés. Car aujourd’hui l’abstentionnisme ou le « vote inconvenant », comme cela a été le cas en Europe ces dernières années, est le moyen « économique » qu’ont les masses pour marquer leur ras le bol d’un jeu politicien de plus en plus méprisé.

Le cadre s’enlise dans la mangrove

Face à cette carence dans le changement institutionnel, qui ne correspond en rien aux besoins, aux attentes, que peut-on faire quand on est minoritaire, quand ce que nous proposons nécessite en réalité une mobilisation populaire ? Puisque certains résument la résolution des problèmes sociaux posés à un changement institutionnel – un vrai, celui-là ! nous disent-ils – la ligne à suivre ne serait-elle pas de proposer un nouveau cadre, comme l’élection d’une Assemblée Constituante ? Ne serait-on pas dans le droit fil des combats passés. Et on se promènerait par morne et ravine avec notre cadre sur le dos en le dépliant pour le proposer au gré des rencontres. Et on resterait entre soi, comme cela s’est fait depuis des décennies, entre militants, sûrs de la justesse de notre proposition… mais coupés des masses. Pourquoi ? Parce qu’une telle assemblée, proposée en dehors de toute montée des luttes, recueillerait au mieux une indifférence polie. Il faudrait en effet expliquer en quoi l’Assemblée unique qui siégera bourgeoisement alors serait moins démocratique et crédible que celle que nous proposons… Ne vaut-il pas mieux s’adresser directement à Dieu – pardon ; disons plutôt : viser directement un objectif et en parler au peuple – qu’à ses Saints ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifierait faire des propositions concrètes qui s’intègrent dans un projet plus global de démocratie directe et d’autogestion.

Du passé faisons table rase… sans rater la marche.

Mais à cela on nous fera remarquer, à juste raison, les pièges et chausse-trappes du passé et du présent dans lesquels sont tombées de si belles idées. La première objection serait une confusion entre projet social et projet politique. Il faudrait en effet distinguer deux sphères, l’une sans l’autre étant inconcevable. Et le projet politique - en résumant - sous entendrait la présence indispensable d’une organisation politique « d’avant-garde » capable en fin de compte de s’emparer du pouvoir dans l’intérêt du peuple. Or les mouvements sociaux modernes, notamment en Amérique du sud, n’obéissent pas à de tels schémas du passé. Comment se fait-il qu’en Guadeloupe notamment le peuple en révolte ne se soit pas organisé de cette manière, n’ait pas pris en compte de la même façon, cette distinction sphère politique- sphère sociale ? Manque de maturité ? En réalité cette distinction a bien été comprise de par l’expérience populaire…mais rejetée ! C’est la sphère politique qui s’est dégonflée ou plutôt qui a éclaté au nez de tous les politiciens en Guadeloupe comme en Martinique. Le peuple s’est rendu compte que c’est son action directe qui pouvait changer les choses et non pas la confiance en des politiciens, en une consultation populaire dont les résultats seraient tout à fait hypothétiques et illisibles, objet de toutes les manœuvres, aboutissant à une mystification. On nous rétorquera bien sûr que la question ne se pose pas de la même façon en Martinique. Mais on verra – comme on l’a déjà vu – que la réaction des masses, au-delà des différences sur le champ politique, ira, sur cette question comme sur d’autres, dans le même sens qu’en Guadeloupe. La deuxième objection réside dans l’état des forces en présence. En dehors des périodes de montée des luttes on ne peut nier que l’isolement et l’oppression coloniale dans une petite île, empêche une minorité jugée trop radicale de s’exprimer. Néanmoins se ranger derrière des positions minimalistes, celles des « politiciens raisonnables », n’empêche en rien, en plus de perdre son âme, de se couper des masses et d’être complètement ignoré. Défendre de telles positions reviendrait ainsi à penser que rien n’a changé dans la tête des Martiniquais depuis février-mars. Or ce qui a bel et bien changé c’est l’existence d’un discrédit grandissant des « politiques »de droite comme de gauche. Cela, faut-il le préciser, n’augure pas en soi d’un progrès intrinsèque vers des alternatives crédibles qui devront de toutes façons être proposées : on peut très bien a contrario, faute de réelles perspectives, se retrouver face à des réflexes conservateurs. Ne vaut-il pas mieux alors être minoritaires mais cohérents et intègres ? C’est le gage d’une confiance et d’une crédibilité pour l’avenir. Dire la vérité, en dehors des jeux politiciens, de toute affectivité, est la seule voie possible

A la crise internationale, répondre par une solidarité internationale

L’année 2010, contrairement à ce que trompettent les médias, sera celle d’une plus grande crise que ce qui a été vécu en 2009. Pour deux raisons principales, qui sont en fait des avatars insolubles du système capitaliste. 1) Faillite du système monétaire international Livrons en vrac quelques informations, sans bien sûr chercher à être exhaustif ici. Aux Etats-Unis la dette américaine équivaut à 375% du PIB. Au plus fort de la crise, lors de la Dépression de 1929 elle était de 186%. Si l’on ajoute les banques en faillite et les 500 à 1000 établissements bancaires et commerciaux menacées, ainsi que les 19 banques systémiques en grave difficulté – but « to big to fail » - la dette américaine équivaut à plus de 600% du PIB. A côté de cela la situation de l’Allemagne de Weimar dans les années 1930 semble une broutille. Les pays du Golfe tentent de mettre actuellement sur pied une nouvelle monnaie. 2) Crise des denrées alimentaires Là encore nous ne nous étendrons pas à ce qui nécessiterait un historique. Résumons en disant que dans la spéculation tout est bon, y compris la spoliation des terres agricoles ( comme en Afrique) et l’organisation de la pénurie. L’effondrement des récoltes de denrées alimentaires a atteint un record historique mondial en 2009... surtout aux... USA. Face à de telles menaces que peut bien faire la petite Martinique, nous dira t-on ? Et ce serait là, n’est-ce pas, une nouvelle opportunité pour distiller la peur, pour faire que la soumission et la résignation perdure. Mais de même qu’une minorité peut se faire entendre quand elle est dans la ligne juste, l’action des masses dans les Antilles – aussi incroyable cela peut paraitre – peut avoir des répercussions internationales inattendues. Sachons-le bien, sans arrogance, la révolte dans les Antilles, si elle a été caricaturée, déformée ou ignorée, notamment par les médias français, a suscité l’admiration de nombre de salariés non seulement européens mais de ceux du monde entier. En France même, aujourd’hui encore, on veut faire « comme en Guadeloupe ». Mais quant à nous, nous restons lucides, sachant que nos combats pour réussir doivent s’inscrire encore mieux dans une perspective internationaliste, dans la nécessité de développer des relations avec l’extérieur. Nous restons cependant trop tournés vers la France et sur ce qui s’y passe du point de vue politique, même si bien sûr, nous devons établir des liens avec nos camarades français. La situation politique, culturelle est radicalement différente. Aussi différente qu’entre un pays d’Amérique du sud et un pays européens. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il convient de développer les contacts avec les peuples et les mouvements sociaux de ce sous-continent avec lequel nous sommes plus proches ( au vrai sens du terme si nous tenons compte de la seule géographie ! ) Des états du sous continent américain qui se dégagent de l’emprise impérialiste peuvent être un appui. Dans le domaine énergétique pourquoi ne pas se procurer notre pétrole au Venezuela ?

Quelles propositions d’action ?

Etre minoritaires ne veut pas dire sans influence si on sait évaluer les aspirations des masses. Ces aspirations dépassent il est vrai les seules revendications matérielles émises en février-mars. Sous-jacent s’est posé la question du contrôle, de la reprise en main par le peuple des leviers socio économiques, du pays tout entier. Personne n’est alors parti dans la rue en réclamant bille en tête la tenue d’une Assemblée Constituante ! Et ce n’est pas là une simple question de conscience politique. La lutte a pris la forme d’un Kolektif 5 févryé, « merveilleux outil » au dire de beaucoup. Et la seule organisation nouvelle qui aurait pu le dépasser par la suite serait apparu sous la la forme de Conseils sur les lieux de travail pour reprendre la production ou distribuer des biens. L’exemple de la Guadeloupe, à nouveau , nous montre que le LKP se situe dans cette optique de contrôle et qu’il s’agit bien d’une perspective naturelle. Plutôt que se centrer sur une nouvelle réforme institutionnelle qui en elle-même n’intéressera personne sinon le microcosme des militants, il convient de mettre en avant une perspective d’autogestion généralisée, secteur par secteur, une promotion de la prise des responsabilités individuelles, et donc des pratiques de démocratie directe. Dans une telle perspective, avec plus de camarades décidés, plus jeunes et responsables, la nécessité d’une Assemblée Constituante pourra alors être évoquée beaucoup plus aisément. En espérant aller dans ce sens, préparons, comme en Guadeloupe, la grève générale.



Imprimer cet article





FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : de Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
4 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite