Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

De la guerre blairiste

de : miguel_figo
jeudi 11 février 2010 - 11h00 - Signaler aux modérateurs

De la guerre blairiste, par Philippe Marlière

LEMONDE.FR | 10.02.10

"La guerre n’est qu’un prolongement de la politique par d’autres moyens", écrivait Carl von Clausewitz. Et si cette affirmation nous donnait enfin la clé d’interprétation du "mystère Blair" ? Comment le premier ministre travailliste d’une nation européenne a-t-il pu engager son pays dans une guerre dont personne ou presque ne voulait ? Les auditions de la commission Chilcot révèlent au grand jour ce qui avait déjà filtré par le passé : le gouvernement (y compris Gordon Brown) a été tenu à l’écart de toute décision ; les spécialistes de droit international ont averti qu’en l’absence d’une nouvelle résolution des Nations unies, une intervention militaire serait "illégale" ; les diplomates ont prédit un enlisement militaire et politique ; une majorité de Britanniques s’est opposée dans la rue ; des pays européens majeurs n’ont pas été convaincus par la démarche anglo-américaine. Rien de tout cela n’a dissuadé Blair d’entrer en guerre au printemps 2003.

La comparution de Tony Blair devant la commission d’enquête a consolidé les positions antérieures : ses partisans restent fidèles et ses adversaires redoublent leurs attaques. Pour les premiers, l’ex-premier ministre est un homme "courageux" qui a pris une "décision difficile", de "bonne foi", et qui "a libéré les Irakiens d’un tyran". Ses détracteurs dénoncent les "mensonges", l’"incompétence", la "naïveté" d’un "mégalomane" qui a joué le rôle de faire-valoir d’un président néo-conservateur. Les membres de la commission Chilcot, victimes de leur amateurisme et issus de l’establishment, épargneront vraisemblablement Tony Blair in fine. Nous n’en serons alors pas plus avancés sur les raisons qui ont amené la Grande-Bretagne dans le bourbier irakien.

Pour saisir les ressorts profonds de la décision blairiste, un changement de perspective est nécessaire. Il convient d’interpréter la question sous un angle nouveau : pour Blair, la guerre constitue le prolongement naturel de la politique internationale. Dès son arrivée au pouvoir, Tony Blair entend donner une "dimension éthique" à sa politique étrangère. Celle-ci doit non seulement défendre des intérêts vitaux, mais aussi des "valeurs". Dans un discours prononcé à Chicago en avril 1999, Blair pose les bases d’une "Doctrine de la communauté internationale". Renommé "Doctrine Blair", le discours promeut la notion de "guerre juste" ; une guerre qui reposerait non sur des ambitions territoriales, mais qui serait motivée par des considérations d’ordre humanitaire, telle la prévention d’une catastrophe humanitaire (génocide ou "nettoyage ethnique").

Le discours blairiste a été façonné par deux proches conseillers de l’ex-premier ministre : Sir Lawrence Freedman (membre de la commission Chilcot !) et le diplomate Robert Cooper. Ce dernier, dans The Breaking of Nations (2003), avait théorisé la partition du monde en trois catégories : le monde pré-moderne (les Etats "voyous" et en faillite), le monde moderne (les Etats-Unis) et le monde post-moderne où la souveraineté est partagée et supranationale (l’Union européenne). Selon Cooper, il est du devoir des Etats modernes et post-modernes d’intervenir militairement chaque fois que des pays pré-modernes menacent d’autres Etats. Cooper revendique un "nouvel impérialisme" qui ambitionne, au nom des "valeurs occidentales", de restaurer l’ordre là où il fait défaut. Dans Empire. How Britain Made the Modern World (2004), Niall Ferguson écrit à propos de Tony Blair : "Jamais depuis la crise de Suez un premier ministre britannique ne s’était demandé avec un tel enthousiasme ce que la Grande-Bretagne pouvait faire pour le reste du monde. Cela ressemble fortement au projet des victoriens qui souhaitaient exporter leur civilisation au monde entier." L’historien conservateur se fait ici l’écho de Tony Blair au congrès travailliste de 1997. Devant un auditoire médusé, il avait confié son sentiment de fierté à l’égard d’un Empire qui "couvrait le monde entier".

Recevant la médaille d’or du Congrès américain en juillet 2003, le premier ministre inscrit la "Doctrine Blair" dans une veine messianique, apparue dès le 11 septembre 2001 : "Je me sens investi d’une mission des plus urgentes à propos du monde actuel." Tony Blair n’a aucun mal à articuler les axes forts de l’Administration néo-conservatrice, car ce sont ses propres idées qui sont mises au goût du jour : vision binaire du monde (démocraties vs. dictatures ; Bien vs. Mal) ; rejet d’un monde multipolaire et promotion de l’unipolarité anglo-américaine ; justification morale de la guerre comme prolongement de la politique "par d’autres moyens".

Lors de son passage devant la commission Chilcot, le monde a pu vérifier que le guerrier humanitaire n’a pas désarmé : "La raison pour laquelle je pense qu’il y a un danger aujourd’hui, c’est parce qu’il y a des Etats – l’Iran notamment – qui font une interprétation extrémiste et erronée de l’islam." Nul suivisme pro-américain, nulle hésitation personnelle : au nom de "valeurs", Tony Blair a estimé bien avant 2003 qu’une intervention militaire en Irak était souhaitable et nécessaire. Le reste n’a été qu’habillage juridique et diplomatique de sa part.

Philippe Marlière


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite