BELLACIAO
dimanche 8 novembre 2020 (17h20) :
LETTRE À LA RÉPUBLIQUE

De : Kery James via UJFP
5 commentaires
JPEG - 469.7 ko

http://www.ujfp.org/spip.php?article8158

À tous ces racistes, à la tolérance hypocrite Qui ont bâti leur nation sur le sang Maintenant s’érigent en donneurs de leçons Pilleurs de richesses, tueurs d’Africains Colonisateurs, tortionnaires d’Algériens Ce passé colonial, c’est le vôtre

C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la nôtre Et maintenant vous devez assumer L’odeur du sang vous poursuit, même si vous vous parfumez Nous les Arabes et les Noirs, on est pas là par hasard Vous avez souhaité l’immigration Grâce à elle, vous vous êtes gavés, jusqu’à l’indigestion Je crois que la France n’a jamais fait la charité Les immigrés, ce n’est que la main d’oeuvre bon marché Gardez pour vous votre illusion républicaine De la douce France bafouée par l’immigration africaine Demandez aux tirailleurs sénégalais et aux harkis Qui a profité d’qui ? La République n’est innocente que dans vos songes Et vous n’avez les mains blanches que dans vos mensonges Nous les Arabes et les Noirs, on ne naît pas là par hasard Mais pensiez vous qu’avec le temps Les négros muteraient et finiraient par devenir blancs ? Mais la nature humaine a balayé vos projets On ne s’intègre pas dans le rejet On ne s’intègre pas dans les ghettos français Parqués entre immigrés, faut être sensé Comment pointer du doigt le repli communautaire Que vous avez initié depuis les bidonvilles de Nanterre ? Pyromanes et pompiers, votre mémoire est sélective Vous n’êtes pas venus en paix, votre histoire est agressive Ici, on est mieux que là-bas, on le sait Parce que décoloniser, pour vous, c’est déstabiliser Et plus j’observe l’histoire, moins j’me sens redevable Je sais c’que c’est d’être noir depuis l’époque du cartable Bien que je n’sois pas ingrat, je n’ai pas envie de vous dire merci Parce qu’au fond c’que j’ai, ici, je l’ai conquis J’ai grandi à Orly, dans les favelas de France J’ai fleuri dans les maquis j’suis en guerre depuis mon enfance Narcotrafic, braquage, violence, crime Que font mes frères si c’n’est des sous comme dans Clearstream Qui peut leur faire la leçon ? Vous ? Abuseurs de biens sociaux, détourneurs de fond De vrais voyous en costard, bande d’hypocrites Est-ce que les Français ont les dirigeants qu’ils méritent ? Au cœur de débats, des débats sans cœur Toujours les mêmes qu’on pointe du doigt dans votre France des rancœurs En pleine crise économique, il faut un coupable Et c’est en direction des musulmans que tous vos coups partent J’n’ai pas peur de l’écrire, la France est islamophobe D’ailleurs plus personne ne s’en cache dans la France des xénophobes Vous nous traitez comme des moins que rien, sur vos chaînes publiques Et vous attendez de nous qu’on s’écrie "Vive la République » Mon respect se fait violer au pays dit des Droits de l’Homme Difficile de se sentir français sans le syndrome de Stockholm Parce que moi je suis noir, musulman, banlieusard et fier de l’être Quand tu me vois tu mets un visage sur ce que l’autre France déteste Ce sont les mêmes hypocrites qui nous parlent de diversité Qui expriment le racisme sous couvert de laïcité Rêvent d’un français unique, avec une seule identité S’acharnent à discriminer, les mêmes minorités Face aux mêmes électeurs, les mêmes peurs sont agitées On oppose les communautés, pour cacher la précarité Que personne ne s’étonne si demain ça finit par péter Comment aimer un pays qui refuse de nous respecter ? Loin des artistes transparents, j’écris ce texte comme un miroir Que la France s’y regarde si elle veut s’y voir Elle verra s’envoler l’illusion qu’elle se fait d’elle-même J’suis pas en manque d’affection, comprend que je n’attends plus qu’elle m’aime

K. JAMES

Source : LyricFind Paroliers : Gregory Kasparian / Alix Jules Mathurin / Bachar Khalife / Aymeric David Westrich

Kery James - Lettre à la République (Clip officiel) https://www.youtube.com/watch?v=gp3...


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
LETTRE À LA RÉPUBLIQUE
9 novembre 2020 - 09h53 - Posté par Thomas - 46.**.192.***

Étonnant cet article sur Bellaciao.
C’est en se tournant vers le passé en référence qu’on prépare les guerres de l’avenir. Les commémos entretiennent le souvenir des guerres du passé et laissent sourdre la haine dans les consciences. On le voit dans les ex-pays de l’est qui reprennent leurs querelles d’avant la période communiste. Les français d’aujourd’hui ne sont pas responsables des guerres napoléoniennes comme les japonais d’aujourd’hui ne sont pas responsables de Pearl Harbor. Sinon c’est la guerre permanente. C’est par la même occasion d’accuser tous les musulmans de terrorisme.




LETTRE À LA RÉPUBLIQUE
9 novembre 2020 - 10h34 - Posté par Pedro - 46.**.192.***

Si j’ai bien compris, à défaut d’avoir des patries, les prolétaires ont des races. Narcotrafic, braquages, violence, crimes seraient des dédommagements ? En raisonnant comme ça on peut aller très loin. Quant à la religion opium du peuple, c’est dépassé tout au moins pour l’islam.




LETTRE À LA RÉPUBLIQUE
9 novembre 2020 - 11h15 - Posté par Cyclo 33 - 46.**.192.***

C’est du rap assez costaud.
Mais effectivement, on ne peut en rester là, sinon ce serait la guerre permanente. Je comprends toutefois qu’on puisse se singulariser en revendiquant ses origines, pour pouvoir ensuite "s’intégrer" (quel vilain verbe) en toute connaissance de cause... Mais ça va prendre du temps.




LETTRE À LA RÉPUBLIQUE
9 novembre 2020 - 15h16 - Posté par Raymond H - 46.**.192.***

Et oui, facile de mettre tous les français dans le même (sale) sac. Ca justifie le positionnement indigéno-communautaro-racialo-raciste d’une certaine gauche.
Certes des colonisateurs en ont profité mais également des potentats locaux autochtones ; non ? Il n’y a pas de colonialisme ou de néo-colonialisme ou d’impérialisme qui puissent se maintenir sans une bourgeoisie locale comprador.
Et puis autre chose, tous les français (donc ceux de souche également) n’ont pas profité, loin s’en faut, d’un quelconque ruissellement des bénéfices du colonialisme. Les mêmes qui exploitaient les indigènes dans les colonies, exploitaient le prolétariat dans les métropoles. Pas dans les mêmes conditions, simplement parce que les luttes syndicales dans les métropoles ont contenu du mieux possibles les méfaits de l’exploitation capitaliste (ce qui n’était pas vrai dans les colonies et ça on peut en discuter).
Alors toute cette logorrhée de haines et d’appel à la guerre contre les blanc est insoutenable. Elle enterre la lutte de classe contre le capitalisme et donc l’unité de la classe prolétarienne dans toutes ses variantes pour la remplacer par une lutte des races.
Ce qui est symptomatique c’est qu’après chaque attentat, quand l’islamisme et les intégristes sont montrés du doigt (à juste titre) et se sentent en danger, ils nous sortent ce genre d’artillerie pour reprendre l’initiative et, surtout, éviter toute fuite, toute évasion de la soi-disant communauté (l’oumma) qu’ils prétendent représenter par assignation forcée des soi-disant membres. Ils sont même rejoints par leurs amis intersectionnels (LGBT+, féministes indigénistes, ...), qui préfèrent donc un homophobe ou un sexiste intégriste.
KJ se place là ouvertement comme ennemi du communisme, il ne peut et ne doit donc pas avoir le soutien des organisations révolutionnaires (il pourra se rattraper auprès du NPA et/ou de LFI et/ou du PCF qui par bêtise ou calculs électoralistes ou par abandon du marxisme verront en lui un artiste ; sans doute ...). ?




LETTRE À LA RÉPUBLIQUE
9 novembre 2020 - 16h20 - Posté par Pedro - 46.**.192.***

Passe encore pour Kery (irlandais) mais pour avoir choisi James (anglais) il doit avoir un problème d’identité. Son nom "d’artiste" n’a rien d’africain, ni d’arabe.





> Version web de cet article